Vous êtes ici :

Étude naturaliste des écosystèmes continentaux

L’expert(e) naturaliste est spécialiste de la connaissance d’un ou plusieurs groupes d’espèces, d’un milieu naturel ou d’un domaine écologique particulier et intervient comme réfèrent de son domaine de connaissance auprès de nombreux partenaires et publics. Il ou elle intervient dans le cadre de missions d’études naturalistes de type faune-flore habitats à dominante règlementaire. Il ou elle est garant d’une connaissance approfondie du sujet concerné et représente à ce titre une expertise reconnue. Il ou elle est amené(e) à développer en continu son niveau d’expertise et à partager et vulgariser ses connaissances.

Dans le cadre de cette formation, l’unité d’enseignement « Expertise naturaliste des Écosystèmes continentaux », unité phare de la formation, permet donc de développer des compétences naturalistes pour la réalisation de diagnostics écologiques en contexte continental (zone biogéographique paléarctique, région septentrionale, hors biomes tropicaux).

Esprit scientifique et critique

Dans un premier temps, cette unité d’enseignement permet de revenir sur le vocabulaire clé en étude naturaliste et apporte des connaissances sur l’intérêt de réaliser des expertises naturalistes, en lien avec le contexte socio-économique du domaine professionnel visé, la réglementation et la rigueur scientifique. Cette première étape vise ainsi à développer l’esprit critique des futurs experts naturalistes et peut être mise en lien avec d’autres unités d’enseignement de la formation, à savoir par exemple l’UE Rigueur scientifique ou l’UE Biostatistiques.

Identification spécifique

Ensuite, cette UE contribue à former les étudiants sur l’identification spécifique, en considérant tous les critères importants permettant de garantir une identification fiable, et ce pour les différents taxons les plus étudiés en étude naturaliste. Sont ainsi considérés dans cette unité d’enseignement les taxons suivants :

L’accent est porté sur les espèces patrimoniales (présentant un statut de protection et/ou de menace, mais aussi les espèces considérées d’intérêt communautaire au regard des directives européenne Habitats, Faune Flore et Oiseaux) mais aussi sur les espèces communes et/ou fréquemment retrouvées sur le terrain. Pour la flore et les insectes, au regard de la liste très conséquente d’espèces pour ces deux taxons, il est clair que toutes les espèces ne sont pas abordées mais les familles voire les genres sont distingués.

L’apprentissage poussé des critères d’identification est réalisé lors des sorties de terrain mais aussi en salle, grâce à des cours magistraux, de la bibliographie, des photographies et écoute de chants ainsi que des études de cas. Ces différentes approches permettent aux étudiants d’être plus efficace sur le terrain, pour une reconnaissance aisée et pertinente des différentes espèces contactées.

Méthodologies et protocoles

Pour tous les taxons, en plus des critères d’identification spécifiques, un tour d’horizon des différentes méthodes et protocoles fréquemment utilisés en expertise naturaliste, en contexte continental, est réalisé.

Des simples méthodes d’inventaires ponctuels aux méthodes de suivis des populations, les protocoles sont détaillés, avec la stratégie à adopter avant, pendant et après le terrain, le matériel et les outils nécessaires (incluant les logiciels d’analyse de données par exemple) ainsi que la périodicité et la fréquence des inventaires de terrain en fonction de la phénologie des espèces.

Ces notions sont agrémentées de données bibliographiques et d’études de cas, mais aussi de mises en situation sur le terrain. Certaines techniques sont ainsi mises en pratique directement par les étudiants.

Enjeux écologiques

La définition des enjeux écologiques fait partie intégrante du processus de diagnostic écologique complet. Il est donc primordial pour les étudiants de comprendre les méthodes pour évaluer les enjeux écologiques, quels critères sont pris en compte et le niveau d’enjeu retenu pour chaque espèce. Cette notion d’enjeux écologiques est également impérative à maîtriser dans le cadre d’études naturalistes effectuées dans un contexte réglementaire, et est donc abordée sous un autre angle dans cette formation, à savoir dans les unités d’enseignement Etude et fonctionnement d’un bureau d’étude et Droit en environnement.

Des exercices et des mises en situations sont utilisés ici pour l’acquisition de cette notion complexe.

Mesures de gestion spécifiques

Afin de clôturer cette unité d’enseignement, les mesures de gestion spécifique, applicables pour certaines espèces ou groupes d’espèces (à la différence des mesures de gestion appliquées à un contexte plus global, à l’échelle d’un habitat ou d’un ensemble d’habitat) sont recherchées avec les étudiants, listées et référencées dans un outil, en évolution au cours de l’année.

Ce catalogue des mesures de gestion spécifique sert d’outils de base aux futurs experts naturalistes en formation, qui seront à même d’identifier rapidement les possibilités de gestion spécifique à une espèce ou groupe d’espèce. Cette approche vise aussi à améliorer l’efficacité des étudiants et à les crédibiliser davantage dans leur recherche de stage, au cours de leurs stage ou même dans leurs futurs emplois.