Vous êtes ici :

Chargé d’études botaniques

Le métier de « Chargé d’études botaniques » mêle investigations réalisées sur le terrain, au contact de la flore, et travail de bureau, notamment en matière de rédaction des rapports qui rendent compte des relevés réalisés.

Niveau de recrutement

Le botaniste peut être recruté par un bureau d’études à un niveau Bac + 4 ou + 5.

L’obtention d’un BTSA GPN, qui se prépare à l’issue d’un cursus de deux années devra être complété par une Licence (par exemple Ecologie et Aménagement) suivie d’un Master spécialisé (en biologie végétale, en sciences du végétal ou encore en écologie forestière) pour que le profil du candidat soit pertinent et que les connaissances soient suffisantes.

Sa mission : étudier, décrire et protéger

Le chargé d’études botaniques est un professionnel dont les qualités appréciées au cours de ses missions sont :

Inventorier la flore d’un site naturel, identifier chacune des espèces végétales présentes au sein d’une aire géographique précise, cartographier leur répartition et leur représentation sont ses principales activités de terrain.

Tout au long de l’année, il sera amené à parcourir un lieu pour répertorier les différentes espèces végétales, et étudier leurs interactions éventuelles avec la faune endémique.

Rendre compte de cette diversité au travers de rapports synthétiques et clairs, sensibiliser les différents acteurs à l’importance au sein de l’écosystème, mesurer sa fragilité,

Le chargé d’études botaniques est donc un technicien polyvalent, mobilisant à la fois les compétences d’un botaniste, d’un naturaliste, d’un écologue ainsi qu’une connaissance des principales règlementations et obligations auxquelles sont astreintes les entreprises et les collectivités.

C’est en effet lui qui sera chargé d’une part de les sensibiliser aux problématiques environnementales soulevées par leurs activités, et d’autre part de les conduire à mettre en place des mesures de protection des milieux ou de compensation de leur impact sur un site naturel.

En fonction de la singularité faunistique du lieu concerné par son étude, il sera amené à travailler en étroite collaboration avec d’autres professionnels de l’environnement tels que des ornithologues, entomologistes, herpétologues et autres spécialistes.

Exemple de mission :

Employé par une municipalité, il étudie l’impact de la création d’une déchetterie sur la flore locale. Son rapport établira les recommandations permettant de limiter les effets délétères sur le milieu de l’implantation de l’infrastructure. Ses conclusions pourront conduire au déplacement du projet, ou à l’établissement d’une compensation concrète (déplacements d’espèces végétales menacées).

Qui recrute le chargé d’études botaniques ?

Employé par une entreprise privé (bureau d’études), une municipalité ou une collectivité, le chargé d’études botaniques devra être capable d’apprécier l’impact éventuel d’un projet d’aménagement (construction d’une infrastructure industrielle, d’un réseau routier, etc.) sur la flore locale et les espèces vulnérables et/ou protégées.

Sa mission pourra alors consister en la création d’un cahier des charges recensant les mesures de gestion et de conservation indispensables à la préservation de la diversité floristique et de ses fragilités.

Il peut également réaliser ces prestations en qualité de prestataire indépendant.

Rémunération

Plus élevé dans le privé que dans le public, le salaire (annuel) du chargé d’études botaniques avoisine les 40000 € brut.